Sfenj à la farine facile et inratable

Sfenj à la farine

Recette Sfenj à la farine 

Voici un sfenj à la farine (Lasfendj) ou une gourmandise maghrébine que l’on retrouve à toute l’Afrique du Nord et qui se prépare de manière bien différente selon les pays. Ce beignet se positionne en tête des recettes traditionnelles les plus sollicitées.

En Algérie par exemple on peut trouver plusieurs façons de préparer et façonner les sfenj : la plus répandue étant la forme ronde circulaire comme le beignet kabyle ou celui de forme ovale, plus connu du côté de Bejaïa. C’est le meilleur accompagnement pour le petit déjeuner, le café au lait de l’après midi ou son thé à la menthe.

J’ai appris à faire mes beignets, je n’étais encore qu’une collégienne et on ne connaissait que la préparation traditionnelle à la semoule. Les pétrins et autres appareils électro ménagers n’existaient pas encore, donc pas moyen d’esquiver cette corvée. Je peux donc vous dire combien cela pouvait être fastidieux et long. J’avais mis en ligne une vidéo sur ma chaîne youtube. La pâte était à peine hydratée et devait être longuement pétrie sans rajout d’eau supplémentaire pendant au moins 30 minutes afin de favoriser le développement du gluten, ensuite on rajoutait l’eau et là il fallait y mettre de l’huile de coude car c’était la partie la plus importante. (pas de l’huile de table je précise, c’est qu’une expression).

Aujourd’hui je vous propose ces beignets à la farine qui ont le vent ou poupe car bien plus simples à préparer, comme pour le beignet marocain préparé à la farine.

Pour ces beignets donc, la recette sera relativement facile puisque le pétrissage se fera uniquement au pétrin : quel soulagement pour vous et gain de temps.

Je vais essayer de vous expliquer l’importance du gluten pour la réussite de vos beignets ou toutes autres pâtes levées ou non nécessitant un pétrissage intensif :

Le choix des farines  : la farine est obtenue à partir du blé tendre, son utilisation se retrouve pour les viennoiseries, les pâtes feuilletées, toutes les pâtes levées, les pâtes sablées, les pâtes liquides (les crêpes, les pâtes à frire), les pâtes à gâteaux (cakes, quatre quart) et les pâtes à biscuits (génoise, biscuit roulé, biscuit de Savoie).

Plus votre farine possède un indice de protéines élevé, plus elle sera adaptée à votre recette. Il existe différents types de farine (le chiffre est toujours indiqué sur l’emballage : (T45, T55, T65, etc...). Certaines farines portent l’appellation de farine forte. 

Les choix des semoules : Il existe la semoule de blé dur qui est extraite du grain de blé dur. Ce grain moulu, donne de la semoule et peu de farine. Mais il existe aussi des semoules de blé tendre (la semoule d’orge, d’avoine, de maïs, de riz). On trouve différentes granulométries de la semoule qui peut être grosse moyenne ou fine. Elle est surtout utilisée en cuisine pour faire le couscous, les pâtes, pour faire aussi en pâtisserie les gâteaux de semoule, les puddings, certaines pâtisseries du Maghreb (basboussa, zlabia). 

Le pétrissage : c’est ce qui développera le gluten et permettra d’obtenir une pâte élastique résistante aux déchirures, ce qui en facilitera le façonnage du beignet. Et vous apprécierez étirer votre sfenj avec une pâte qui vous obéira.

L’hydradation : Pour obtenir de beaux beignets spongieux avec une mie bien alvéolée et bien légers : l’hydratation jouera un rôle important : une question qui n’est souvent posée sur la réussite du sfendj ou msemen  : Pourquoi ma pâte se déchire lorsque je l’étire ? Vous avez donc la réponse : le manque d’eau ou manque d’eau associé au manque de pétrissage. 

L’eau favorise en partie la formation de la structure gluténique : Des pâtes sous-hydratées (donc dures) auront tendance à se déchirer car le réseau n’est pas encore développé, alors qu’une pâte sur-hydratée avec un surplus d’eau diluera au contraire les effets du gluten. Votre pâte n’aura aucune tenue. On pourra dire qu’elle coule entre vos doigts. Il faut donc trouver le bon équilibre d’hydratation et cela se fait souvent à l’œil lorsque l’on connaît bien sa pâte.

La fermentation ou la pousse : Une pâte levée a besoin de fermenter sous l’effet de la levure boulangère (qui rappelons-le est un champignon microscopique vivant) : En milieu farineux, humide et tiède, elle provoquera la fermentation qui dégagera du gaz carbonique (CO2). Ce sont ces bulles de CO2 qui en cherchant à s’échapper vont provoquer la pousse de la pâte. Cette fermentation donnera de la saveur à votre préparation. Cette étape sera donc importante et déterminante dans la réussite de votre mie. Une pâte levée pousse mieux dans un endroit à l’abri des courants d’airs. (lire plus)

En résumé, quelle que soit la pâte travaillée nécessitant un développement du gluten, on veillera à bien respecter ces points abordés très importants. Ils vous seront utiles pour faire un pain,  khobz dar, un matlouh, des brioches, croissants, etc…

La dernière étape importante avant la cuisson sera le façonnage, cette étape technique est moins difficile qu’elle n’y parait. Elle vous demandera peut être plus de concentration les premiers temps mais plus vous allez vous familiariser avec cette pâte très molle, et plus vous parviendrez à faire de beaux beignets dignes de ce nom.

Je vous souhaite une bonne réalisation et bonne réussite. N’hésitez pas à partager vos photos sur le groupe facebook

 

 

Sfendj ou sfenj à la farine

 

Temps de préparation : 20 minutes
Temps de repos : 2 heure
Temps de cuisson : 30 minutes

Ingrédients pour environ 8 sfenj

  • 400 gr de farine de blé type 45
  • 100 gr de semoule extra fine
  • Graine de nigelles (sanouj)
  • 10 gr de sel
  • 20 gr de levure boulangère fraîche ou 7 gr de levure sèche
  • 1 cuillère à soupe de sucre ou miel
  • 400 ou 420 ml d’eau 
  • Huile de friture

 

 

 

beignet ou Sfenj à la farine

 

 

Préparation

Dans la cuve du pétrin, mélanger ensemble la farine et la semoule. Ajouter le sel, mélanger.

Emietter la levure boulangère. Ajouter le sucre et 200 ml d’eau tiède ne dépassant pas 30°C. Laisser 10 minutes : la levure a fermenté, elle doit voir bien gonfler.

Avec l’outil en forme de crochet, mélanger à vitesse 2 jusqu’à obtenir une pâte homogène et lisse qui commence à être élastique (10 minutes environ).

Vérifier la texture de la pâte : si elle est dure lorsque vous faites une pression avec votre doigt, ajouter progressivement l’eau restante. Si elle est molle alors continuez le pétrissage en augmentant la vitesse à 3 pendant 10 minutes supplémentaires. Votre pâte devient de plus en plus lisse et élastique et se décolle progressivement des parois du bol.

A chaque rajout d’eau, la pâte se remet à coller mais elle doit se décoller des parois du pétrin. (Si elle reste collée aux parois, c’est qu’elle contient trop d’eau, au quel cas, ajouter un peu de farine pour la sécher).

Votre pâte est prête lorsqu’elle fait apparaître des petites bulles d’air : elle doit être d’aspect collante, molle et élastique presque visqueuse. Couvrir et mettre à lever (en pousse) dans un endroit à l’abri des courants d’air pour 2 heures.

Lorsque la pâte a bien levé (doublé voire triplé de volume), huiler vos mains et délicatement, façonner des boules de la taille d’une mandarine et déposer les sur un plateau huilé. Couvrir de film alimentaire et laisser reposer encore 15 minutes.

Verser l’huile de friture dans une poêle : celle ci doit être remplie à 1/4. Prendre une boule de pâte et commencer à façonner le beignet en cercle en étirant délicatement les extrémités. Avec l’index, faire un trou au centre du beignet et plonger délicatement dans l’huile chaude, évitant les projections. Arroser généreusement d’huile pour faire gonfler le beignet. Lorsque la première face est dorée, retourner le beignet et cuire la seconde. Retirer de l’huile et poser les beignets cuits sur du papier absorbant. Renouveler jusqu’à épuisement de vos boules de pâte.

Les beignets sont meilleurs lorsqu’ils sont servis encore chauds ou tièdes car on profite bien de leur légèreté et de leur mie très alvéolée. Vous pouvez les servir avec du miel, de la confiture ou saupoudrés de sucre glace sur le dessus ou natures

NB : Avec cette quantité de pâte je fais environ 8 beaux beignets assez grands. Réduisez les boules de pâte pour plus de sfenj

 

Bonne dégustation et je vous laisse avec la vidéo

 

Beignet facile et rapide sfenj à la farine

 

 

 , ,

Evaluer cette recette
recipe image
Nom
Sfenj à la farine facile et inratable
Publié le
Temps de préparation
Temps de cuisson
Temps total
note
31star1star1stargraygray Based on 197 Review(s)

277 commentaires sur “Sfenj à la farine facile et inratable

  1. Salam Assma, je suis désolée pour votre échec, pourriez vous m’indiquer qu’est ce qui n’était pas agréable en bouche ? J’ai eu d’autres retour positif sur cette recette donc je voudrais vous aider. Merci

  2. salam
    J’ai suivie votre recette a la lettre et ce fut un échec. Les sfenjs
    n’étaient vraiment pas agréable en bouche. Désolée,j’aurai aime vous faire un retour positif.

  3. Bsr Madame Djouza Ça Fait plaisir de vous retrouvé espérant que vous allez bien ainsi que toute votre famille les beignets c’est Mon péché mignon Merci bcq Pour cette belle assiette de beignets ça donne envie inchallah demain je vais en faire un peu Merci Pour l’idée. Bonne soirée

  4. Djouza merci pour ses partages que j’adopte a 100% à la maison
    Par contre j’ai fais les beignets la pâte est au repos j’ai besoin de bien plus de 250ml d’eau
    Alors j’ai ajouter jusqu’à avoir la consistance que tu décris j’espère que se sera pas un flop mais j’étais vraiment obliger d’ajouter de l’eau
    Mercii

  5. Merci Fatma pour votre visite, rien ne vaut le vrai sfenj à la semoule je suis bien d’accord.

  6. Salam aleikoum j’aime trop lakhfafe a la semoule j’ai après a le faire depuis l’âge de12 ans j ai du mal avec lakhfafe a la farine je le prépare de la même façon que vous merci pour le partage

  7. Thiziri Thizi je mets un mélange farine T55 et T45 pour son gluten et la semoule c’est de l’extra fine ; pour la marque c’est pas important faut simplement respecter les types ;)

  8. Mouma Cylia Exactement, les flux migratoires ça a été de tout temps, aujourd’hui tout le monde connait sfenj sous un nom différent et c’est tout, y’a rien de choquant et ce pauvre beignet ne mérite pas toute cette polémique. On l’aime comme il est. ;)

  9. Eh oui beaucoup de plats ce ressemble que sa soi algérien marocain espagnole ou autre et alors !vous pourey rien y changé maintenant si vous ne vouley plus partagé vos recette culinere c votre choix heureusement que tous le monde nest pas comme vous belle mentalités!

  10. Les beignets Espagnols sont le Churros et les Sfenjs plutôt maghrébin les marocains les font à la farine les tunisiens je ne sais pas les algériens çà dépend du village souvent moitié semoule moitié farine et les Kabyles que semoule et pétri pendant longtemps et on les fait cuire très grands bien étirés de forme plutôt ovale et parfois avec des graines de nigelle dedans…. Toutes les recettes de partout sont bonnes à prendre ??

  11. Mais les nôtres sont Algériens, je suggère aux Algérien.n.e.s de ne plus donner les recettes, car elles deviennent automatiquement non Algérienne pour certains, ce sont des recettes qui devraient rester secrètes…
    Notre patrimoine…

  12. merci pour tous les recettes que tu nous a fait jé aimer vraiment mé jé vu dans la recette de sfenj la farine et la levue de boulongé ésk tu a mis le semoul?

  13. Salam et d’abord merci beaucoup pour tous vos partages pour les sfeng à la farine combien dz temps vous petrissez svp et combien de temps vous laissez reposez …

  14. Je suis super fan de votre page. Je suis tombée par hasard sur votre blog il y a 2 ans quand j’ai dû déménager loin de ma maman. Et je vous ai trouvé. Vous avez sauvé mon premier ramadan, mon premier Aid loin de ma mère. Merci pour tous vos conseil

  15. Je vous felicite vraiment c’est magnifique ce que vous faites jai esseyèe la recette de votre tridda et elle ètait divine un grand merci a vous vos recette sont juste magnifique bonne continuation

  16. Allah y aatek saha
    Je les fais à peu près comme vous mais ça fait un petit moment que je n’ en ai pas fait…vous m’avez donnez envie là ☺

  17. Ma mère en a fait pas plus tard qu’hier ;) elle met des raisins secs dedans c’est trop bon et ça enlève un peu le goût d’huile !

  18. Bonsoir.

    Je vous remercie pour cette délicieuse recette. Je suis très contente de l avoir testé. C une vrai réussite.
    Mon mari 3ajbou sfenj nta3i pour la première fois.
    Pour la qte d eau j en ai mis plus que 250. C sûrement par rapport a la qualité de la farine et semoule.
    Par contre si vous avez une recette de mchaweche kabyle qui se cuit ou plutôt frit a l huile c mssemen juste o lieu d utiliser tawa on le cuit dans une poêle avec un peux d huile.
    Milles merci encore.

  19. Bonjour Boukoum, oui il est possible de pétrir la pâte à la main simplement ils seront plus longs à préparer. Pour la quantité il faut en rajouter jusqu’à obtenir une texture de pâte à sfenj : avec le pétrin, ça va vite et en eau c’est suffisant. Par contre à la main, il faudra bien faire absorber l’eau dans la pâte avant d’en rajouter c’est important. La pâte doit être lisse et élastique et collante sur la table et faire des bulles d’air : là elle est prête. Bonne réussite

  20. Salem,est ce possible sans robot car j’en ai pas et’ juste le pétrir a la main et juste vous demandez je pense que le 250 ml ne suffise pas pour avoir une texture très molle.je sais pas des lors combien de quantité d’eau faut il pour obtenir une pztd parfaite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.